IMPLANTS

IMPLANTS

Il existe deux principaux problèmes de vue liés à l’âge : la presbytie et la cataracte, deux affections liées au cristallin. Vers 45 ans, la presbytie s’installe : le cristallin ne peut plus accommoder pour permettre une bonne vision de près, et on est obligé de porter des lunettes. La cataracte  apparaît généralement après 65 ans. Le cristallin s’opacifie progressivement,  entraînant une baisse de la vue et un éblouissement à la lumière du soleil.

Qu’est ce qu’un implant ?

L’implant est un cristallin artificiel qui, en cas de cataracte, remplace le cristallin opacifié. Ainsi, la vision n’est plus gênée par le voile blanc que provoque la cataracte, l’oeil se retrouve à nouveau transparent. Il est possible de choisir une correction adéquate à cet implant afin de supprimer les défauts visuels corrigés habituellement par des lunettes (Myopie, Hypermétropie, Astigmatisme, Presbytie). Lorsque le patient est atteint de cataracte, cette chirurgie est prise en charge par la sécurité sociale. Pour les patients non atteints de cataracte, cette chirurgie est l’une des nombreuses techniques de chirurgie réfractive possible, mais elle ne sera alors pas remboursée.

Comment le chirurgien sélectionne le bon l’implant ?

La sélection fait surtout appel à l’échographie oculaire et aux techniques de calcul par ordinateur. Nous nous aidons également de la cornéotopographie, qui précise l’importance et l’axe de l’astigmatisme, et de la tomographie à cohérence optique, l’OCT, pour la rétine. Il est fondamental d’éliminer une anomalie rétinienne ou un glaucome, qui sont des contre-indications aux implants multifocaux.

Les différents implants:

On distingue 4 sortes d’implants: les implants classiques monofocaux, les implants toriques monofocaux, les implants multifocaux, et les implants multifocaux toriques. Ils sont en matière plastique souple, hypoallergéniques, et protègent des UV.

Les implants classiques monofocaux

1Ils permettent de donner une seule zone de vision nette (loin, intermédiaire ou près). En calculant sa puissance de façon adéquate, il permet de supprimer la myopie ou l’hypermétropie.  Généralement, le chirurgien propose alors au patient une bonne vue de loin, et il faudra compléter la correction par le port de lunettes de près. Il est intégralement remboursé par la sécurité sociale

Les Implants Toriques Monofocaux

2Ils corrigent une seule zone de vision (généralement la vision de loin) et l’astigmatisme (lorsque l’astigmatisme cornéen est supérieur à 1D). Il est proposé aux astigmates, mais aussi myopes ou hypermétropes astigmates . En revanche, avec cet implant, le patient devra porter des lunettes pour la vision de près .

Les implants multifocaux

3Ils corrigent les différentes zones de vision (loin, intermédiaire et près). Il est destiné aux presbytes, myopes-presbytes et aux hypermétropes-presbytes. Les patients désireux de ne plus porter de lunettes après l’opération seront ravis. Ils permettent de lire un journal, de travailler sur écran, de conduire. Cependant tous les patients ne sont pas éligibles à ce type d’implant. Une trop grande exigence de perfection visuelle (chauffeur de nuit, travaux manuels très minutieux) ou une pathologie rétinienne peuvent conduire votre ophtalmologiste à vous déconseiller cet implant. Le surcoût de cet implant est d’une centaine d’euros.

Les implants toriques multifocaux

C’est l’implant multifocal pour les astigmates. Il est la combinaison des deux implants précédents. Il permet aux personnes de se débarrasser de leux myopie / hypermétropie, ainsi que de l’astigmatisme et de la presbytie. Toutes les zones de vision sont nettes. Les contre-indications sont les mêmes que pour les implants multifocaux. Le tarif est plus élevé, c’est l’implant le plus délicat à fabriquer, donc le plus cher. Il faut compter environ 350 à 400 Euros de surcoût par implant.

Explication: les implants toriques

4Petite explication (facultative): lorsque l’œil est astigmate, sa cornée n’est pas ronde “comme un ballon de foot “ mais “ovale comme un ballon de rugby”. Elle est torique. Cela signifie que l’œil n’a pas la même puissance dans tous les méridiens. Par exemple, il est peut être plus puissant à la verticale qu’à l’horizontale. Le flou provoqué par l’astigmatisme perturbe la vision de loin mais aussi la vision de près. Le patient qui se fait opérer de la cataracte peut choisir de corriger cet astigmatisme soit avec des lunettes (à remettre après l’opération de loin et de près), soit de corriger la quasi totalité de cet astigmatisme par un implant torique. Le patient aura une bonne vue de loin sans lunettes. Il restera cependant presbyte. Il faudra corriger la vision de près avec des lunettes . Ces implants coûtent un peu plus cher que les implants classiques. Le surcoût (d’environ 70 euros par implant) reste à la charge du patient.